et le garçon bouché

R.Ménégon/Ducky Smokton

Dessus l’ampoule électrique
De la boutique fantastique,
Dors une mouche anthropophage,
Venue directe des tropiques.
Là Divine plutôt sage
Entreprend son bavardage,
Dans la boucherie les mots doux,
Fondent comme du saindoux.

Divine c’est amourachée euh,
Devine de qui du boucher.
Divine c’est amourachée y yé
Et lui va bientôt l’épouser.

Dans la vitrine se pavanent
Sur du persil et des bananes,
Les animaux de la savane,
Y’a même un tigre du Bengale.

Plein d’audace, il décarcasse
Les caribous et les bécasses
En finesse il dépèce
Les kangourous et les macaques.
Divine imagine exotique,
Leurs ébats dans l’arrière boutique,
Sur la peau d’un ours polaire,
Divine et lui s’envoient en l’air.


 

Divine c’est amourachée euh,
Devine de qui du boucher.
Divine c’est amourachée y yé
Et lui va bientôt l’épouser.

Sur sa grosse face en casquette,
Flotte une mimique un peu bête,
Ah qu’elles sont les idées cachées,
Sous la casquette d’un boucher.
Il pique et coupe dans la barbaque,
Comme un sadique, comme un maniaque.
A trancher net dans les côtelettes,
Le soir il perd un peu la tête.

Divine c’est amourachée euh,
Devine de qui du boucher.
Divine c’est amourachée y yé
Et lui va bientôt l’épouser.

 

 

 

 

© Ducky Smokton 1991